Sur un glacier splendide
Deux bonheurs irisés
Se rencontrent parfois
Complice malicieux
Le temps se répercute puis s’étiole et finit
Pour renaître un moment plus tard
Plus loin dans la compréhension
Du trajet mystérieux
De ton corps à ton corps
De ta vie à la mienne
Au cristal de l’espérance
Jolie nuance d’être, l’amour
Feeling indispensable, et
Tu approches, ton ambiance est mon
Introduction, et tu surgis enfin, toujours,
Accroché au givre de ma force
Toi matérialisé, ma douche froide,
Ma neige sucrée, ma peur persistante
Sur ce glacier, presque nu
Un des deux bonheurs a froid un peu
Et l’autre, en circonlocutions hésitantes
S’approche et se rétracte, et s’approche et s’éloigne
Presque nu
Brûlée au soleil froid
Confessée à toi, ma vérité transmise, à toi,
Ma douceur,
Mon petit, dans quel coin de toi poses-tu
Les mots-clé les mots-force que j’ouvrage pour toi ?
J’ai envie de te sourire
Peux-tu fermer les yeux et me voir ?
Il est tard, je suis là, à toi
Je ne veux être nulle part ailleurs
Et là-bas je dors
Pour être sûre que tes mains sont sur moi
Qu’entre toi et moi plus rien d’autre que le
Formidable souffle de la volonté de bonheur
Si je t’aime ?
Je t’aime
Ne me demande rien d’autre
Peux-tu voir que tu as tout ?

Catégories : Poésie

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *